Restos d'hôtels : quoi de neuf ?

Dormir à l'hôtel, c'est bien, s'y attabler, c'est encore mieux. Certains établissements se sont fait un nom et une réputation grâce à leur restaurant, pourquoi pas ? Tour d'horizon des nouvelles tables d'hôtels qui font parler d'elles. 

Quand le mythique club Les Bains de la rue du Bourg-l'Abbé rouvre ses portes en mars 2015, c'est l'excitation : transformée en hôtel 5 étoiles, la boîte de nuit n'a pas oublié son passé sulfureux et propose également un club, un bar, et un restaurant au décor impressionnant. Les murs d'un rouge profond en forme de vagues constituent un cadre atypique pour la cuisine "néobrasserie" de Michael Riss, conseillé par le chef 2 étoiles Philippe Labbé.

Ouvert en 2015, l'Hôtel Bachaumont impose déjà sa partition et règne en maître sur le quartier de Montorgueil. Le restaurant, avec aux manettes l'équipe festive et branchée de l’Experimental Cocktail Group, a été décoré par la designer star Dorothée Meilichzon. Là encore, l'esprit néobrasserie de la carte prend le dessus avec des plats à la fois raffinés et de caractère.

On retrouve encore l'ambiance Art Déco mâtinée de vintage de Dorothée Meilichzon dans le restaurant de l'Hôtel Panache, repris par David Lahner, pape de la néo-restauration (Racines, Vivant, Stern, Le Bon Saint Pourçain). Un restaurant en passe de devenir une valeur sûre, dans le quartier du faubourg Montmartre.

On reste dans le quartier de SoPi avec un coup de coeur pour le restaurant du Pigalle, un "hôtel de quartier" ouvert fin 2015. La carte est archi simple, mais n'utilise que des produits locaux et de saison, et l'ambiance est chaleureuse et détendue.

Changement de style et de lieu avec l'Hôtel 1K à Oberkampf, où le restaurant propose une cuisine péruvienne dans un décor ultra léché, avec aux manettes le chef Julien Burbaud, candidat Top Chef 2012.